La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Narcisse AMOUZOU « un peuple peut tout perdre sauf sa culture »

539

Né d’un père Éwé et d’une mère Lokpa, Narcisse AMOUZOU est un jeune artiste comédien, conteur, acteur, pédagogue et formateur de théâtre et contes pour jeunes et enfants. Il est le Président de l’association Culturelle et Artistique les Zénith Toiles d’Afrique (ACA-ZéTA Togo) qu’il a créée depuis 2017 pour valoriser le théâtre ainsi que la culture togolaise et africaine. Nous sommes allés à sa rencontre. Il nous parle de son association et de ses visions futures.

Elite d’Afrique : C’est quoi l’association ACA-ZéTA Togo ?

Narcisse Amouzou : Créée en 2013, l’ACA-ZéTA Togo a lancé officiellement ses activités le 10 mars 2017. C’est une association culturelle et artistique à caractère social et éducatif en faveur des enfants et jeunes.

L’ACA-ZéTA Togo intervient dans les écoles, les centres d’apprentissage, les orphelinats, les bibliothèques privées et centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) partout au Togo et plus particulièrement dans les milieux ruraux.

Une séance de formation avec des enfants
Une séance de formation avec des enfants

L’ACA-ZéTA Togo à pour vision la décentralisation culturelle, d’où son projet vision PDC: Projet Décentralisation Culturelle

L’ACA-ZéTA Togo a pour mission de rendre accessible les arts aux populations défavorisées par des rencontres échanges avec les artistes professionnels.

L’ACA-ZéTA Togo jusqu’à ce jour, a trois grandes bases (Lomé, Sotouboua, Sokodé) et des milliers d’enfants et jeunes élèves, étudiants et artisans ont bénéficié de nos formations en théâtre et conte.

E.A : Pourquoi vous tournez-vous vers la formation des enfants au théâtre ?

N.A : Nous avons fait un constat amer en tant qu’artiste. C’est que l’art en général, le théâtre en particulier et la fonction d’artiste ne sont pas compris et considérés par nombre de parents, bref la population. Ce qui fait que le public du théâtre n’est que le comédien et l’acteur du théâtre lui-même. Ceci avec notre expérience personnelle nous a convaincu à nous mettre dans la formation et l’éducation artistique à la base.

Une séance de formation
Une séance de formation

E.A : Quel est le but de cette formation ?

N.A : Le but de cette formation, c’est de changer les mentalités en mettant le théâtre au service de l’éducation nationale chez les élèves, étudiants et apprenants dans leur cursus d’apprentissage, scolaire, universitaire et professionnel.

E.A : Vous formez aussi les gens à la prise de parole en public qu’en est-il ?

N.A : En tant que conteur, nous nous devons de connaître le pouvoir de la parole d’où le respect de la parole. Ceci pour dire que ne prend pas la parole qui veut mais qui peut, et pire en public. C’est ainsi que nous nous sommes engagés à donner des formations sur la prise de parole en public afin d’éviter aux gens de se trahir par la parole car dit-on souvent : Si tu n’as rien à dire de plus beau que le silence, alors tais toi. Et même dans la religion chrétienne il est conseillé de tourner mille fois sa langue avant de parler et que la langue qui est chair peut couper le cou qui est os car la parole sortie de la bouche ne revient qu’après avoir agi donc faire toujours attention à la prise de parole. Ceci pourrait éviter un tant soit peu beaucoup de querelles et mésententes. Bref pour nous il faut être initié pour prendre la parole en public.

E.A : Aujourd’hui cette culture théâtrale tente de disparaître, quels sont vos conseils pour la faire renaître ?

Narcisse AMOUZOU sur scène
Narcisse AMOUZOU sur scène

N.A : Première chose : La bonne et réelle volonté politique.
Ceci permettra d’intégrer l’éducation artistique dans les curricula de formation des enfants dès la base

Deuxième chose : Le ministère en charge de la culture doit prendre toutes ses responsabilités vis-à-vis de son apport dans le secteur du théâtre par la mise en place des mécanismes financiers conséquents en dehors du Fonds d’aide à la culture (FAC). Il doit également mettre en place et rénover les maisons des jeunes et centres de loisirs dans chaque canton du Togo.

Troisième chose : revoir les créations théâtrales.
Ceci pour parler du public. Les créateurs doivent ramener les spectacles de théâtre à nos réalités togolaises et non faire le plagiat du théâtre classique européen. Il faudrait donc repenser la mise en scène pour une spécialisation.

Des enfants sur scène
Narcisse AMOUZOU sur scène

Quatrième chose : Proposer des spectacles de rue, de maison et de quartier.
Ceci démystifie le théâtre en lui-même et le rend plus accessible et ouvert à tous. Ceci donne également l’égalité de chance à toutes les populations de suivre ensemble les spectacles de théâtre sans complexe (diminuer au maximum les programmations dans centres culturels).

Cinquième chose : Mettre en valeur nos langues nationales dans nos créations théâtrales

E.A : Votre mot de fin ?

N.A : Nous remercions tous les artistes, toute la population et surtout les hommes de médias pour la bataille que tous sont en train de mener en appui au gouvernement dans la lutte contre cette pandémie de Coronavirus. Nous voudrions aussi rappeler au Chef de l’État, Son Excellence M. Faure Essozimna GNASSINGBÉ de veiller à ce que le théâtre puisse bien servir la population togolaise car un peuple peut tout perdre sauf sa culture. Alors nous devons être adulés par les autorités et non négligés.

commentaires
Loading...