La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Malgré tout, Dr Aubin Thon reste optimiste

newworld
497

La cour constitutionnelle togolaise a invalidé la candidature du président de la Nouvelle vision (NOVI) de Kodjovi Aubin Thon. Suite à cette invalidation, qui est due à l’insuffisance de signatures, le parti a saisi la cour par le dépôt d’une requête. Mais la cour reste toujours dans sa logique en rejetant la requête.

Le président de la nouvelle vision l’a fait savoir à travers un message adressé aux ambassadeurs et sympathisants de la Nouvelle vision (NOVI).

« La cour constitutionnelle togolaise vient de rejeter notre requête suite à l’invalidation de notre candidature sur un motif d’insuffisance de signatures au support de notre candidature », a-t-il écrit.

Très confiant malgré tout, Kodjovi Aubin Thon demande à ses militants et sympathisants de rester serein tout en œuvrant pour la consolidation d’un Etat de droit.

« Confiants du travail impeccable que nous avons tous fait lors de cette collecte de signatures, nous vous avions appelés au calme et à la retenue tout en optant pour des voies pacifiques et plus objectives, démontrant notre continuel désir de contribuer à la consolidation de l’Etat de droit dans notre pays par des voies démocratique, pacifique et surtout productive », a-t-il souhaité.

« Vous avez été nombreux à croire en nous jusqu’au bout, démontrant l’union autour de cette noble vision dont nous sommes porteurs », a-t-il ajouté.

Face à cette situation qui interrompe la course de la Nouvelle vision vers la marina, le candidat n’abdique pas. Il pense que sa candidature suscite beaucoup d’engouement au sein de la  jeunesse, donc de continuer par croire.

« Nous reconnaissons que notre candidature est la seule qui suscite un engouement politique sérieux au sein de la jeunesse. Oui la jeunesse togolaise commence à croire en l’avènement politique du siècle. Mais l’homme a décidé de nous mettre hors du jeu. Certes, humainement c’est un choc, mais notre foi n’est guère touchée car nous continuons à croire en notre appel et en notre mission même si nous sommes obligés d’admettre que la course du 22 février 2020 n’a plus notre nom mentionné parmi les compétiteurs dans le registre de notre Cour Constitutionnelle », a indiqué le président de NOVI.

Laisser un commentaire