La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

La situation des prisonniers togolais inquiète

Le sort des prisonniers togolais perturbe le sommeil de leurs parents et suscite de l’inquiétude auprès de certaines organisations de la société civile à l’instar du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) et l’Organisation Mondiale contre la Torture (OMCT). Cela fait déjà 2 ans que ces détenus n’ont reçu aucune visite de leurs proches et une campagne a été lancée afin de remédier à cela.

Avec l’arrivée de la Covid-19 au Togo, les mesures anti-contagion ont contraint le gouvernement à isoler les détenus, suspendant donc les visites dans les prisons. 2 ans se sont écoulés sans qu’ils ne voient leurs proches qui en ont le ras-le-bol. Le CACIT et l’OMCT sont à leurs côtés pour que leur chagrin soit entendu et dénoncer la violation des droits des prisonniers.

Les deux organisations ont lancé une campagne pour l’ouverture des prisons. C’est une manifestation médiatique qui va mettre en exergue les témoignages des familles des détenus pour pousser les autorités togolaises à rétablir les visites familiales dans les prisons pendant et après la Covid-19.

« Cela fait très longtemps que je n’ai plus vu mon enfant. La dernière fois que je suis allé le voir, ce sont les gardes pénitentiaires qui ont pris l’argent et la nourriture pour lui amener. Au début, j’y allais et je lui apportais mon soutien. Mais comme je n’y vais plus j’ai appris récemment qu’il a été amené à Zébé pour question de troubles mentaux », a déclaré un parent d’un détenu à CACIT.

D’autres parents se sont confiés à l’organisation et c’est sur témoignage que celle-ci compte pour interpeller le gouvernement togolais après une première tentative en septembre 2021 qui est restée sans réponse. Le collectif avait adressé une lettre au Président de la République pour rouvrir les prisons et que les visites aux détenus puissent reprendre.

Rappelons qu’à travers un communiqué rendu public le 22 février 2022, le gouvernement a autorisé la reprise de toutes les activités suspendues en raison de la Covid-19. Toutefois, l’accord n’a pa été donné pour autoriser les visites familiales aux détenus.

commentaires
Loading...