La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Brigitte Kafui Adjamagbo-Jonhson: la “madre” de l’opposition à qui rien ne reussit

993

Candidate malheureuse à la présidentielle de mars 2010, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Jonhson a le mérite d’avoir été la première femme de l’histoire du Togo à s’insérer dans une course à la présidence. Sa témérité a fait d’elle l’impresario de la dynamique Kpodzroh, lors des débats de la dernière présidentielle.

Issue d’une famille de militants, pour cette ifè d’Atakpamé , devenir politicienne faisait partie du plan. Tête bien bâtie, elle s’engagera en politique après l’obtention de deux DEA en droit. Elle décrocha le premier à l’Université de Paris V, Malakoff (droit privé). Puis son passage à l’Université de Paris I, Panthéon Sorbonne lui vaudra en 1986 son second DEA en droit privé et droit comparé, option droits Africains et sa thèse de doctorat.

Elle fera son bain inaugural dans la politique en 1990 comme membre fondateur de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA),premier parti politique d’opposition créé clandestinement au Togo.
Un an après soit en 1991, elle héritera du surnom de ” le président m’a chargé de vous dire” ou de “Adjama gakpo” en participant à la conférence nationale souveraine. Elle était en ce moment Rapporteur-Général du Bureau Provisoire de la Conférence nationale souveraine.

Fidèle à sa nature de juriste, Brigitte Adjamagbo-Jonhson s’est aussi imposée jusque dans la sous région ouest africaine comme défenseure des droits humains. Elle a été la présidente du Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO) de 2004 à 2006. Elle a également milité dans le Collectif des Associations féminines (CAF). Aujourd’hui au Togo, l’une des choses pour lesquelles honneur lui est rendue, c’est bien le Groupe d’action et de réflexion Femmes, Démocratie et Développement (GF2D). Avec un groupe de femmes venant de tout horizon politique, elles ont posé les bases en 1992 du GF2D. Jusqu’en 1997, elle en était la Secrétaire générale.

En 2015, elle a fait parler d’elle en tant que présidente du Cap 2015, représenté par Jean Pierre Fabre lors du scrutin de 2015. Avec le PNP de Tchikpi Atchadam et 12 autres partis il créeront la C14 qui s’est par la suite effritée. Son sens du leadership prenant toujours le dessus, elle fut devant tout ces hommes, la coordinatrice. Après cette dislocation , elle dont l’objectif a toujours été de “contribuer à la libération du pays”, ira continuer cette lutte avec la dynamique Kpodzro. Brigitte sera nommée le 16 janvier 2020 au poste de porte parole du candidat unique de l’opposition, Agbeyomé Kodjo. Et comme toujours elle ne s’est pas mise du côté gagnant de la pièce.

Le 26 décembre prochain, elle célébrera sa 62ème expérience de vie. Très pieuse, elle confesse la foi catholique et pour se fait, ne fait pas dans la langue de bois. L’ancienne Ministre du Bien-être social, des Droits de l’homme et de la Solidarité nationale du 1er Gouvernement de Transition du Togo aura t-elle la chance de figurer parmi les leaders de l’opposition en vue pour le futur gouvernement de Faure Gnassingbé? Rien n’est pour le moins sûr, pour le moment.

commentaires
Loading...