La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Le Togo se dote d’un plan stratégique 2021-2025 pour la lutte contre le VIH SIDA et les IST

262

Les différentes mesures mises en place pour la lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles ont connu des résultats à saluer. Ceci grâce à l’appui des partenaires.

Le Togo a de même consentis des efforts à travers le Secrétariat permanent du Conseil National de Lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST Togo) avec l’appui des partenaires dont l’USAID.

Ainsi, les stratégies se multiplient depuis des années d’où la mise en œuvre des plans dont la dernière est le plan stratégique 2016-2021 qui a permis de faire des progrès considérables en terme de prévention et la transmission mère-enfant du VIH SIDA dont le taux de couverture géographique est passé de 90% en 2019 contre 40% en 2015.

Le nombre de femme enceinte séropositive qui a eu accès aux ARV dans le but de réduire la transmission est autour de 77% et le taux de transmission chez les nouveaux nés de mères séropositives est de 3% contre 8% en 2015.

Sur le plan de traitement, en 2019, 75 000 personnes sont sous ARV contre 45 000 en 2015.

Ainsi, dans le but de maintenir le cap en vue d’arriver à éliminer le Sida à l’horizon 2030, le Secrétariat permanent du Conseil National de Lutte contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles (CNLS-IST Togo) avec l’appui de ses partenaires a organisé le 13 mars 2020 à Lomé, un atelier de validation du plan stratégique 2021-2025 dont le budget est estimé à 87 milliards FCFA pour accélérer la mise en œuvre des interventions à l’horizon 2030. Ce nouveau plan prend en compte les priorités nationales avec en toile de fond l’axe 3 du PND et les objectifs du PND.

Pour Vincent Pitche, Coordonnateur du Secrétariat Permanent du CNLS-IST Togo, « Ce plan va identifier les gaps en terme de prévention et de discrimination ».

Avec ledit plan, l’accent sera mis sur la prévention notamment chez les jeunes adolescents qui sont vulnérables et aussi les populations d’accès difficile communément appelées les populations clés. Des efforts se feront aussi en grec de discrimination et de stigmatisation avec un aspect mis sur les droits humains genres.

 « D’ici 2030 nous passeront de 90 90 90 à 95 95 95 », a laissé entendre Eric Verschueren, Directeur pays ONU SIDA.

A l’horizon 2020 l’objectif était que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique; 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral; 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

commentaires
Loading...