La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Libye: L’aéroport de Mitiga, cible d’attaque à la roquette

338

Tous les vols ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre lorsque l’aéroport a été la cible d’attaques à la roquette de l’aéroport Mitiga, a annoncé la page Facebook de l’opération Burkan Al-Ghadab dirigée par le gouvernement libyen de l’Accord national (GNA). La déclaration indiquait qu’il s’agissait de la deuxième violation du cessez-le-feu, proposée par l’ONU et acceptée à la fois par le commandant Khalifa Haftar, chef des forces de l’est libyen, et par la GNA.

Les vols ont été suspendus dimanche à l’aéroport international de Mitiga en Libye, dans la capitale Tripoli, alors que l’une des deux parties, entre la LNA et le GNA, a violé la trêve conclue à l’occasion de l’Aïd al-Adha, fête religieuse musulmane, pour la deuxième fois, a rapporté Anadolu.

Les responsables de la GNA ont accusé Haftar d’avoir violé la trêve et ceci une seconde fois. La première violation du cessez-le-feu par les forces Haftar a eu lieu lorsqu’elles ont visé un quartier proche de l’aéroport avec des tirs de roquettes et d’artillerie au hasard. Mais les force de Haftar réfutent l’accusation et index à leur tour la GNA d’avoir commandité la violation du cessez-le-feu.

Le 29 juillet, Ghassan Salame, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, a proposé une trêve entre les parties en Libye à l’occasion de l’Aïd al-Adha. La Turquie et l’UE ont également accueilli l’appel et exprimé leur soutien à la proposition de Salame. Début avril, les forces fidèles à Haftar ont lancé une campagne visant à s’emparer de Tripoli des mains des forces alignées sur le gouvernement d’accord national reconnu par l’ONU.

Depuis lors, les affrontements entre les deux parties ont fait plus de 1 000 morts et environ 5 500 blessés, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La Libye était en proie à la tourmente depuis 2011, lorsque le dirigeant de longue date, Mouammar Kadhafi, avait été évincé et tué dans un soulèvement sanglant soutenu par l’OTAN après quatre décennies de pouvoir. Le pays riche en pétrole a depuis vu l’émergence de deux sièges de pouvoir rivaux: un dans l’est de la Libye, auquel Haftar est affilié, et le GNA basé à Tripoli, reconnu par l’ONU.

Avec Benin web tv

commentaires
Loading...