La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Médias : le bras de fer entre Yves Galley et la HAAC va loin

171

La presse La Symphonie s’est fait suspendre pour deux mois par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) pour avoir critiqué la sanction que l’organe a infligée à The Guardian et à son Directeur de publication, Ambroise Kpondzo. Le patron du bimensuel, Yves Galley a dénoncé un bon nombre de manquements après son audition dans les locaux de l’organe régulateur des médias.

Yve Galley a été offusqué par le contenu du communiqué de la HAAC suite à son audience. Dans une sortie après sa rencontre avec l’organe, le patron de La Symphonie a révélé que ses propos ont été dénaturés. En effet, l’institution, dans son communiqué, a indiqué que le journaliste a reconnu avoir commis des fautes professionnels graves d’où la sanction infligée à son journal. Pourtant le concerné semble ne pas être d’accord.

 

« Je n’ai jamais reconnu de graves manquements professionnels. Je crois bien qu’il devrait s’agir carrément d’une mauvaise interprétation ou d’une dénaturation de mes propos à d’autres fins. Je mets la HAAC au défi de prouver que j’ai reconnu les graves manquements professionnels au cours de l’audition », a révélé Yves Galley, rapporte Togo Breaking News.

Le patron du bimensuel « reconnaît qu’au cours de mon audition, en toute humilité, j’ai présenté mes excuses au président et aux membres de la HAAC pour des propos qu’ils jugent offensants. Cela ne saurait en aucun cas s’analyser comme un aveu de culpabilité, comme un reniement de mon article ou alors comme une reconnaissance de fautes professionnelles graves ».

Face à cet état de choses, le confrère recommande l’enregistrement des auditions de la HAAC ainsi qu’un procès-verbal signé de toutes les parties qui y ont pris part. « La HAAC ne devrait plus continuer à attribuer, par force, aux journalistes des propos qu’ils n’ont pas tenus lors des auditions », a asséné Yves Galley.

M. Galley a décidé d’attaquer la décision de la HAAC devant la Chambre administrative de la Cour suprême pour faire constater à celle-ci les insuffisances de la décision sanctionnant son journal.

commentaires
Loading...