La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Brigitte Adjamagbo salue la position de l’Allemagne sur les reformes

325

La coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, Brigitte Adjamagbo Johnson, a réagi aux exhortations et appels lancés par l’ambassadeur d’Allemagne au Togo, Christoph Sander aux autorités togolaises, pour la décrispation de la situation politique au Togo.

la secrétaire générale de la (CDPA), estime que les forces démocratiques ne peuvent que saluer cette position de l’Allemagne. Et la coalition se dit d’ores et déjà disponible à rencontrer le gouvernement allemand pour lui donner davantage d’informations et discuter de la situation sociopolitique au Togo.

« Je voudrais me réjouir de la position de l’Allemagne exprimée par le diplomate. Ils ont compris la nécessité des réformes pour lesquelles les Togolais se battent depuis plus d’une dizaine d’années et pour lesquelles ils se sont levés tout récemment en 2017. C’est un encouragement au combat que nous menons. L’Allemagne a compris que lorsqu’un peuple est déterminé à obtenir un changement, rien ne peut l’arrêter. Il y va de  la paix et d’un climat sociopolitique paisible dans notre pays que les aspirations profondes des Togolais au changement soient enfin entendues. Dans tous les cas, pour nous à la coalition et pour les Togolais, la lutte continue et ces réformes, nous continuerons à nous battre pour qu’elles soient réalisées. C’est une nécessité dont le pays ne peut se passer », a-t-elle déclaré.

Pour la seule femme togolaise candidate à une élection présidentielle au Togo, l’Allemagne a également raison lorsqu’elle demande la libération des détenus dans le cadre des manifestations de la coalition. C’est d’ailleurs, a-t-elle souligné,  une préoccupation pour la coalition.

« Nous voulons rappeler qu’en dehors des détenus, se pose également le problème des réfugiés. Nous avons des réfugiés au Ghana et au Bénin et nous voulons attirer l’attention des autorités sur le fait que si on veut que ces réfugiés rentrent, il faut créer les conditions de sécurité. Il ne faut pas leur dire, comme on l’a fait à Mango, vous pouvez rentrer et les arrêter dès qu’ils sont sur le sol togolais. Nous devons faire en sorte que ce pays change et que la paix règne et que tous ensemble, nous allions vers l’alternance. Le Togo ne peut pas se payer le luxe d’échapper à cette aspiration profonde que les Togolais expriment depuis quelques temps », a-t-elle lancé.

La coordinatrice de la coalition a aussi salué le fait que le diplomate allemand ait exhorté les autorités togolaises à ne pas ‘abuser’ de la loi sur les manifestations publiques pacifiques, pour empêcher les manifestations de l’opposition au Togo.

« Les positions du ministère de l’administration territoriale constituent un abus, une interprétation inique et un arbitraire dans la mesure où on veut tout faire pour étouffer le droit de manifester », a insisté Mme Adjamagbo Johnson.

Selon l’actrice politique de l’opposition, le Togo s’engage dans une voie ‘sans issue’ si les fils et filles de ce pays doivent continuer à rencontrer les mêmes obstacles. Mais cette situation, reste-t-elle convaincue, ne peut pas durer surtout, a-t-elle ajouté, en ce moment où on voit que les peuples opprimés revendiquent davantage de libertés et de changement.

« Je n’en veux pour preuve que de qui se passe en Algérie. Je crois qu’au Togo, ceux qui pensent qu’on peut arrêter la détermination des Togolais, qu’on peut étouffer leurs aspirations par la force, se trompent énormément. Il est temps de regarder la réalité en face pour que notre pays puisse avancer vers la démocratie qui suppose une alternance, une rupture avec un régime qui a régenté le pays pendant plus de 50 ans et qui est comptable de la situation d’indigence de la grande majorité des Togolais », a souligné la secrétaire générale de la CDPA.

Pour ce qui est des élections législatives du 20 décembre 2018, Mme Adjamagbo persiste et signe que chacun sait comment ces élections se sont déroulées.

« Je n’ai pas trop de commentaires là-dessus. Pour nous, ce ne sont pas de réelles élections, les Togolais ont rejeté massivement cette mascarade à plus de 90%. Le diplomate allemand s’est référé à la position de la CEDEAO, ce qui ne veut pas dire que c’est la position de l’Allemagne », a-t-elle nuancé.

source:global actu

- Advertisement -

- Advertisement -

commentaires
Loading...