La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Les réformes : au plus vite !

651

La tournée nationale entamée par la Commission de réflexion sur les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles est presque à sa fin. Presque parce que la structure présidée par Awa Nana-Daboya qui n’a pas encore tenue les séances dans les préfectures d’Agoè-Nyivé, du Golfe et des Lacs, suspend la tournée pour accélérer l’élaboration du texte des réformes.

Dans un communiqué publié lundi, la Commission indique qu’elle a recueilli l’essentiel des préoccupations profondes des togolais sur les réformes à opérer au Togo. « A cet effet et dans le but d’accélérer son travail pour répondre au besoin de plus en plus pressant du peuple de voir ces réformes intervenir, la Commission des réformes a décidé de reporter les rencontres prévues pour ce lundi 28 août et mardi 29 août 2017 respectivement dans les préfectures des Lacs, du Golfe et d’Agoè-Nyivé », écrit Awa Nana-Daboya.

La sortie de la Commission des réformes vient corroborer ce qu’a déclaré tôt lundi matin par le ministre Gilbert Bawara qui affirmait que le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé allait accélérer le processus des réformes pour répondre aux attentes du peuple togolais.

Alors que le rapport final de la Commission était prévu pour être transmis d’ici le mois d’octobre, des informations indiquent que la procédure se fera en urgence. Et tous les regards sont désormais tournés vers les bureaux de la Commission.

 

Réformer en profondeur

En juillet 2016, au cours de l’atelier national de réflexion et d’échanges sur les Réformes institutionnelles et politiques organisé par le gouvernement et qui ont vu la participation de plusieurs acteurs issus de différents secteurs, les échanges ont porté sur différents thèmes. « De la démocratie et de la gouvernance locale », « la République de demain face aux enjeux et défis » ou encore « les enjeux et défis de la mise en œuvre des réformes dans le processus de réconciliation nationale et de renforcement de l’Etat de droit : emphase sur les réformes en cours ».

Les travaux de cet atelier national ont été remis au chef de l’Etat qui s’est engagé à œuvrer ardemment pour la réalisation des réformes institutionnelles et politiques. Une commission nationale de réflexion sur les réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles a été créée avec à sa tête Mme Awa Nana Daboya. Le 3 janvier dernier, sept personnalités ont été nommées pour aider la présidente de la commission Awa Nana Daboya à réfléchir sur les réformes. Il s’agit de l’ancien Premier ministre, Séléagodji Ahumey-Zunu, l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Adji-Othèt Ayassor, le président de l’Université de Lomé, Prof Dodji Kokoroko, le Professeur Adama Kpodar, le Professeur Essohanam Batchana, du Dr David Ekoudé Ihou, de M. Afanvi Koffi Koumelio et de M. Yabré Dago.

Après une série de rencontres avec les différents acteurs notamment les acteurs de la société civile et les politiques, la commission est allée à la rencontre des populations. « Dans le cadre de ses missions, la commission a en premier lieu, rencontré les acteurs politiques, étatiques et/ ou non étatiques et les leaders d’opinion de notre pays afin de partager et recueillir leurs idées, suggestions, conseils sur les réformes envisagées. Elle a organisé le 20 juin 2017 à Lomé, une rencontre avec les leaders d’opinion que sont les membres des Comités Préfectoraux de Paix et les représentants de la Chefferie traditionnelle.», rappelle un communiqué de la présidente de la commission, qui vient d’entamer une tournée nationale. Il s’agit d’une tournée consultative qui vise à « recueillir les avis et suggestions des populations dans les différentes localités, pour nourrir la réflexion et proposer des réformes qui tiennent compte de notre histoire et reflètent les réalités et répondent aux aspirations du peuple togolais », a indiqué Mme Awa Nana.

 

Préoccupations essentielles

« La constitution n’est pas une tente dressée par les partis politiques pour les partis politiques. C’est pour tout le peuple et  c’est ce qui justifie la tenue de ces rencontres. La méthodologie adoptée est la meilleure et permettra à la fin d’avoir des réformes qui ne soient pas politiques mais globales et qui rassemblent tout le peuple», a laissé entendre le premier rapporteur de la commission, Adama Kpodar.

Dans toutes les localités où la commission est passée, le message des populations est quasiment le même. Les populations ne tarissent pas de recommandations pour la « vitalité de notre démocratie ».

Presque qu’à l’unanimité, les populations rencontrés ont souhaité la limitation de mandats à deux et la revue du mode de scrutin actuel pour qu’il passe à deux tours. Ils ont également évoqué la nécessité de créer les conditions favorables pour une alternance apaisée. Les populations ont exprimé leur volonté de vivre en paix dans la diversité ethnique et culturelle de leur milieu.

Pour les populations du grand nord, la préoccupation première est le développement de leurs localités, la création d’emploi pour les jeunes, l’amélioration des voies d’accès aux localités et un renforcement du vivre ensemble.

Les problèmes dans le système sanitaire et scolaire, dans le recrutement dans la fonction publique en général et dans l’armée en particulier, le renforcement du système judiciaire et son indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques ainsi que la caducité du système éducatif ont été abordés.

La situation des travailleurs à la retraite, la restauration de la prime de départ à la retraite, la question de la cherté des intrants agricoles et l’inéquitable répartition des richesses nationales défavorisant certaines préfectures au profit d’autres, les problème de la chefferie traditionnelle, la déconcentration des services administratifs et la redéfinition du rôle des organisations de la société civile se sont également invités au débat.

Cette option participative ne déplaît pas finalement à l’opposition, en constante contradiction. Même si pour Eric Dupuy, conseiller de l’ANC, cette tournée de la commission est une perte de temps, il conseille aux Togolais, surtout les militants du parti orange, d’aller à la rencontre de Awa Nana et sa délégation pour leur dire leur 4 vérités. “Allez à la réunion de Awa Nana pour exprimer votre pensée sur les réformes”, a-t-il recommandé. Selon lui, c’est une bonne occasion pour réitérer à ces envoyés du régime, leur vœu politique le plus cher. Celui de la mise en œuvre rapide et consensuelle des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales au Togo.

commentaires
Loading...