La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

Jean-Paul Agboh Ahouélété, promoteur du FESMA : « Nous aborderons les enjeux en matière d’alimentation, de production et de consommation durable à travers la cuisine »

Le Festival de la Marmite (FESMA), grand rendez-vous des res- taurants et des restaurateurs, initié par l’agence de communi- cation Focus Yakou, se déroulera du 26 avril au 09 mai 2023 à Lomé autour du thème « Cuisine et ODD : repenser la culture, le partage et la consommation des aliments ». Les festivaliers démontreront la richesse de l’art culinaire togolais en présen- tant différents mets concoctés avec des produits des fermes togolaises. Jean-Paul Agboh Ahouélété, le patron de Focus Yakou, nous parle de l’évènement.

 

 Le FESMA devient-il la plus belle fête gastronomique du Togo?

Jean-Paul Agboh Ahouélété :L’ambition est effectivement d’en faire la plus belle fête cu- linaire et gastronomique du Togo, mais également un levier pour faire de notre pays et de Lomé sa capitale, une place forte de la cuisine africaine.

 

Pouvez-vous revenir sur les enjeux qui ont motivé le choix du thème de cette année qui est « Cuisine et Objectif du Développe- ment Durable : repen- ser la culture, le partage et la consommation des aliments » ?

Nous avons choisi ce thème parce qu’il est de notre époque. Il s’agit pour nous d’aborder les enjeux en matière d’alimentation, de production et de consommation durable à tra- vers la cuisine.

Comme vous le savez, la proportion de personnes souffrant de la famine dans le monde croit sans cesse. Selon les chiffres des Nations-Unies, ils seraient près de 690 millions, soit environ 9% de la population mondiale exposés à la faim. La pandémie de la Co- vid-19 qui a sévi pendant deux ans, a exacerbé la situation. Et si la tendance ne s’inverse pas, les personnes touchées par la faim atteindraient 840 millions d’ici 2030.

Dans ce contexte, tous les spécialistes soutiennent qu’un changement profond du système mondial d’agriculture et d’alimentation est nécessaire pour relever le défi de nourrir décemment et suffisamment les habitants de la terre, y compris les 2 milliards de personnes supplémentaires qu’elle comp- tera d’ici 2050. Cela passe par une augmentation des capacités de la productivité agricole ainsi qu’un renforcement des sys- tèmes durables de production de nourriture.

L’édition 2023 du FESMA, avec en arrière-plan l’Objectif de développement durable (ODD)

1 qui ambitionne d’éliminer la pauvreté et la faim dans le monde, veut offrir un cadre à la réflexion sur les nouveaux paradigmes à adopter ainsi que les mesures à mettre en œuvre afin de changer le système mondial d’alimentation et d’agriculture pour combattre la faim dans le monde. 

 

Quelles sont les activi- tés prévues et la particularité de cette 2ème édition ?

Comme l’année précédente, l’édition 2023 propose aux participants un riche et « appétissant » programme. Elle sera meublée d’une grande foire culinaire et agroalimentaire où sont attendus une cen- taine d’exposants et plus de

50 000 visiteurs, un colloque scientifique international sur le thème « Les aliments et des hommes », des tables-rondes sur des thèmes dont par exemple «Aliments et santé : les valeurs nutritives des produits » ou encore « Promotion du consommer local : comment réduire notre dépendance vis-à-vis des produits importés ? », un workshop sur « Créer et développer son business en restauration», des ateliers de cuisine animés par des chefs de renom ou encore des master class sur « Art de la table: entre tradition et modernité », « Les secrets des mélanges d’ingrédients culinaires pour une cuisine gastronomique africaine réussie », ou encore « Tradition et innovation ».

Des animations, des concerts et un diner de gala sont également au programme.

Cette édition est essentiellement centrée sur la formation ainsi que la digitalisation. En effet, les participants peuvent notamment réserver leurs stands et payer leurs tickets en ligne, et commander leur plat préféré à la foire depuis leur lieu de tra vail ou leur domicile et se faire livrer.

 

Nous sommes à quelques jours du festival. Comment se passent les préparatifs? Comme vous pouvez l’imaginer, la pression monte. Mais les préparatifs vont tout de même bon train. Nous avons une équipe compétente et à la tâche, des partenaires engagés. C’est le lieu de remercier toutes les associations qui sont à nos côtés pour que la fête 2023 soit encore plus belle, notamment l’Union des acteurs de la gastronomie togolaise (UAGT), l’Union des chefs cuisiniers du Togo (UCCT), Développement de l’art culinaire au Togo (DACT) ou encore l’Association des jeunes professionnels de l’hôtellerie du Togo (AJPHT). Nous sommes également heureux d’accueillir à nos côtés cette année, Les Cuisines africaines, association basée à Paris (France).

 

La grande foire culi- naire et agroalimen- taire du CETEF-Lomé à Togo 2000 sera-t-elle une rencontre de la «bouffe à gogo » ?

Nous l’espérons en tout cas. Tous les jours, il sera proposé ce que nous appelons la Marmite du Jour, pour faire déguster, découvrir ou re-découvrir aux festivaliers, leurs plats préférés, ceux de leur enfance, ceux d’autres pays du continent, seuls, avec des amis ou en famille. 

 

Quel est le bilan de la tenue du FESMA à Kara les 17 et 18 mars der- niers ?

L’étape de Kara a été une belle réussite. Nous avons été impressionnés par l’accueil qui nous a été réservé et par l’intérêt que le sujet de la valorisation de nos mets et saveurs suscite auprès des populations. Je pense qu’aller dans les régions s’inscrira désormais à l’agenda de chaque édition du FESMA.

 

Votre mot de fin…

J’invite tout d’abord les restaurateurs, cuisiniers, producteurs, transformateurs, distributeurs, grossistes, artisans, commerçants intervenant dans l’agro-alimentaire à réserver les derniers stands restants. Ensuite, la population à venir faire la fête autour de la cuisine du Togo et d’Afrique, du 26 avril au 07 mai à la foire Togo 2000. Car le FESMA, c’est avant tout une grande fête.

 

 

commentaires
Loading...