La meilleure de l'information du Togo et d'Afrique

PSAEG d’ANADEB/ Kara: le Groupes d’épargne (GE), un véritable outil de sortie de pauvreté des femmes

127

Le Projet de soutien aux activités économiques des groupements dans la Kara est en plein développement. Composé des hommes et des femmes, les membres des Groupes d’épargne (GE) de la région de la Kara sont généralement motivés et suivis par les Agents d’Appui au Développement à la Base (AADB).


A ce jour, la région enregistre la création de 26 groupes d’épargne dont 12 dans la préfecture de la Kozah, 4 à bassar, 2 dans Doufelgou, 1 dans la Keran, 5 dans l’Assoli et 2 dans la Binah avec un total de 498 membres dont 468 femmes.


Animés tous de croissantes motivations, les réalisations faites après le partage des épargnes du premier cycle témoignent le fort atout que constituent ces épargnes dans la vie de ces personnes dans la région avec le suivi rigoureux des réalisations par l’Antenne régionale de l’ANADEB Kara.
Madame Tatiana fait partie de ces nombreux bénéficiaires, qui grâce à cette initiative des groupes d’Épargnes se réalisent. Elle est membre du Groupe d’épargne Solimbya de Lama Kolidè dans la Préfecture de la Kozah, après plusieurs faillites dans son commerce, elle a pu grâce à son intégration au groupe d’épargne, relancer dignement son commerce.

Les bénéfices du Groupes d’épargne (GE)


« Nous avons fait le premier partage en juin 2019, je n’avais pu cotiser que 23.000FCFA. Le jour du partage, je me suis rendu compte que les camarades avaient pris la chose au sérieux, d’autres ont eu plus de 140.000FCFA. À ce second cycle, je fais tout mon possible pour être à jour dans mes cotisations, bien que le nouveau prix de notre tampon soit monté à 500 FCFA. Ma discipline me porte déjà des fruits. Grâce à mes cotisations, j’ai fait deux fois le prêt de 75. 000 francs pour démarrer la vente des chaussures en décembre 2019. Avec les fêtes de fin d’année, j’ai fait un bon chiffre d’affaire qui ensuite m’a facilité le remboursement. Aujourd’hui, en plus des chaussures, je vends du jus. Bientôt le second partage, qui me permettra de faire le stockage des céréales. Je dirai qu’après plusieurs échecs, mon adhésion à ce groupe m’a permis de mieux gérer tout ce que j’entreprends, et surtout d’économiser pour avoir un prêt rapide pour saisir d’autres opportunités » a témoigné Madame Tatiana.
Et Pour Madame LELENG Hodalo, demeurant à Pya, c’est son rêve qui se réalise grâce au Groupe d’Epargne.


«J’ai longtemps fait le projet de construire une maison au retour de mon aventure effectuée pendant deux ans, mais pour certaines raisons, c’était difficile de réunir les fonds. Depuis 2018, je suis membre du GE et employée dans un bar-restaurant. J’ai joint mon salaire au prêt total de 390 000 FCFA que mon groupe m’a accordé, pour construire une chambre de trois pièces. Avec cette réalisation, je suis devenue conseillère pour mon voisinage qui souhaite aussi bénéficier de cet accompagnement de l’ANADEB. Au prochain partage, une fois la construction achevée, j’envisage d’ouvrir moi-même un bar et être indépendante. Je compte sur cette microfinance solidaire que nous avons créée grâce à ANADEB ».

Elle retrouve une nouvelle vie grâce Groupes d'épargne (GE)
Elle retrouve une nouvelle vie grâce Groupes d’épargne (GE)


Communément appelés AVEC, les Groupes d’épargne (GE) fonctionnent suivant un système de gestion transparente dans laquelle les intérêts sont redistribués entre les membres avec pour vision facilitée l’accès des membres aux microcrédits à faible taux afin de leur permettre de mener des activités génératrices revenus.

Ces initiatives sont inscrites dans le cadre du Programme de soutien aux activités économiques de groupements (PSAEG) piloté par l’Agence Nationale d’appui au développement à la base (ANADEB). Les Groupes d’épargne contribuent à l’amélioration des revenus de ces membres et au développement des emplois ruraux dans les villages.

commentaires
Loading...